Monday, June 19, 2017

Remise officielle des semences certifiées des variétés prometteuses de riz aux producteurs des plateformes d’innovation de Glazoué, Bantè et Malanville au Bénin

Vue d’ensemble après la réception des semences
au niveau de la Plateforme d’innovation de Malanville
(Rapport de synthèse par Mme Iliyath Bello, Assistante de recherche, Sélectionneur riz, Sous-Programme recherche rizicole, CRA-sud, INRAB)

Une remise officielle des semences certifiées de variétés prometteuses de riz (BRIZ-10B ; NERICA-L-19 ; NERICA-L-56) aux producteurs des plateformes d’innovation de Glazoué, de Bantè et de Malanville a eu lieu à Glazoué le 24 mai et à Malanville le 26 mai 2017.

Remise de semences par Dr Patrice ADEGBOLA,
Directeur général de l’INRAB
Dans le cadre des activités du projet « Appui à la recherche agricole pour de cultures stratégiques en Afrique » (SARD-SC), dont la composante riz est coordonné par le Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice), des entrepreneurs semenciers ont été retenus pour la multiplication des semences des variétés élites de riz.

Remise de semences par le maire de Glazoué
Après la multiplication, ces semences ont été rachetées par le Centre de recherche agricole sud (CRA-sud), grâce à la contribution des projets UEMOA-AfricaRice, SARD-SC, et le projet ‘Riz tolérant au stress pour l'Afrique et l'Asie du Sud’ (STRASA). Ces variétés seront désormais intégrées dans la chaîne de production du riz au Bénin. 

Remise de semences par Mr Cyriaque AKAKPO,
Personne ressource invitée
La cérémonie a connu la participation de plusieurs autorités telles que le Directeur général de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin (INRAB), le Maire de la commune de Glazoué, le Directeur du CRA-sud ; des chercheurs du Sous-Programme recherche rizicole ; des producteurs et semenciers venus des plateformes d’innovation de Glazoué (qui prend en compte les acteurs dans les communes de Dassa et de Savalou), de Bantè et de Malanville.

Dans une brève allocution d’ouverture, chacune des autorités a présenté l’avantage de cette cérémonie pour la résilience aux changements climatiques et la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Remise de semences par Mme Iliyath BELLO,
Sélectionneur riz/Responsable du
Sous-Programme recherche rizicole
La cérémonie officielle de remise des semences de variétés élites de riz au profit des producteurs s’est bien déroulée. Après la remise des semences, les récipiendaires ont pris l’engagement d’intégrer la dissémination des nouvelles variétés dans les activités au sein des plateformes d’innovation.

Des recommandations suivantes ont été faites à l’endroit des producteurs :
  • Bien prendre soin des semences et entretenir les parcelles de production.
  • Assurer la poursuite de la chaîne de dissémination des variétés élites en donnant 5 kg de semences à chacune des cinq producteurs identifiés à la fin de la campagne agricole. 

Friday, June 2, 2017

‘Smart-valleys: Trainer-facilitator’s manual’ released by AfricaRice

AfricaRice is pleased to announce the release of a manual, which will serve as a resource for trainer-facilitators to help field technicians and farmers develop Smart-valleys on the ground. Smart-valleys is a participatory, sustainable and low-cost approach to develop inland valleys for rice-based production systems in sub-Saharan Africa.

The Smart-valleys approach was developed by AfricaRice in collaboration with the Lowlands Division of Benin Ministry of Agriculture, Livestock and Fisheries and the Togolese Institute for Agricultural Research with support from the Japanese Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries.

Compared to conventional approaches, which involve expensive topographic studies and high investment costs to construct elaborate water control infrastructure, Smart-valleys involves relatively simple, low-cost water management structures that can be constructed and maintained entirely by farmers themselves. With only limited additional cost to farmers, it can help double rice yields through improved water control, especially if it is accompanied by good crop management practices.

Farmers in Benin and Togo, who have adopted the Smart-valleys approach, have seen rice yields under rainfed conditions increase from 1.5-2 tons per hectare to 3.5-4.5 tons per hectare. In addition to increased rice yields, major advantages mentioned by farmers, are lower vulnerability to drought risks due to increased water retention in their fields and less risk of fertilizer losses due to flooding.

The Smart-valleys approach was selected as an example of adaptation of African farmers to climate change and variability at the COP 22 Climate Change Conference, held in Marrakech, Morocco in 2016. The approach has been widely publicized through local and international media channels.

After its success in Benin and Togo, Smart-valleys is being rolled out in Burkina Faso, Liberia and Sierra Leone – countries that have a high potential for development of rice-based systems in inland valleys.

The trainer-facilitator’s manual is targeted at field technicians from extension services, ministries of agriculture and non-governmental organizations. It consists of modules to accompany training sessions comprising theoretical and practical aspects and covering various phases and stages of the Smart-valleys approach.

The modules present a rich toolkit of principles and adaptable practices involved in developing Smart-valleys, based on the concept of “learning by doing.” This enables field technicians to capture farmers’ knowledge while working with them, and adapt the Smart-valleys approach to the specific conditions of each site.

The manual, developed by T Defoer, M-J Dugué, M Loosvelt and S Worou, is available in English and French. It is supported by the film “Smart-valleys: Developing inland valleys for rice-based systems in sub-Saharan Africa.”

Manuals:
Videos :

‘Smart-valleys : Manuel du formateur-facilitateur’ publié par AfricaRice


AfricaRice a le plaisir d’annoncer la publication d’un manuel qui servira de ressource aux formateurs-facilitateurs pour aider les techniciens de terrain et les producteurs à aménager de petites Smart-valleys sur le terrain. Smart-valleys est une approche participative, durable et à moindre coût de mise en valeur des bas-fonds pour les systèmes de production à base riz en Afrique subsaharienne.

L’approche Smart-valleys a été mise au point par AfricaRice en collaboration avec la Cellule bas-fonds du ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche au Bénin et l’Institut togolais pour la recherche agronomique avec l’appui du ministère japonais de l’Agriculture, de la Forêt et de la Pêche.

Comparée aux approches conventionnelles qui impliquent des études topographiques coûteuses et des investissements lourds pour la construction d’infrastructures élaborées de maîtrise de l’eau, l’approche Smart-valleys comprend des ouvrages de gestion de l’eau simples et à moindre coût, et qui peuvent être entièrement construites et entretenues par les producteurs eux-mêmes. Nécessitant peu des frais supplémentaires pour les producteurs, cette approche peut aider à doubler les rendements de riz par une gestion améliorée de l’eau, surtout si elle est accompagnée de bonnes pratiques de gestion des cultures.

Les producteurs du Bénin et du Togo, qui ont adopté l’approche Smart-valleys, ont vu leurs rendements de riz en conditions pluviales augmenter de 1,5 - 2 tonnes par hectare à 3,5 - 4,5 tonnes par hectare. Outre l’augmentation des rendements de riz, les principaux avantages mentionnés par les producteurs sont une moindre vulnérabilité aux risques de sécheresse grâce à la rétention accrue de l’eau dans leurs champs et la réduction des risques de perte des engrais due à l’inondation.

L’approche Smart-valleys a été sélectionnée comme un exemple d’adaptation des producteurs africains au changement et à la variabilité climatiques lors de la Conférence COP 22 sur le Changement climatique, tenue en 2016 à Marrakech au Maroc. L’approche a été largement publiée à travers les médias locaux et internationaux.

Après son succès au Bénin et au Togo, l’approche Smart-valleys s’étend à présent au Burkina Faso, au Liberia et en Sierra Leone – des pays qui ont un fort potentiel de développement des systèmes à base riz dans les bas-fonds.

Le manuel du formateur-facilitateur s’adresse aux techniciens de terrain des services de vulgarisation, des ministères de l’Agriculture et des organisations non gouvernementales. Il est composé de modules pour accompagner les sessions de formation, et inclut des aspects théoriques et des aspects pratiques, et couvre les différentes phases et étapes de l’approche Smart-valleys.

Les modules regorgent de principes et de pratiques adaptables impliqués dans la mise au point de l’approche Smart-valleys, et basés sur le concept de « l’apprentissage par la pratique ». Cela permet aux techniciens de terrain de saisir la connaissance des producteurs tout en travaillant avec eux, et d’adapter l’approche Smart-valleys aux conditions spécifiques de chaque site.

Le manuel, élaboré par T Defoer, M-J Dugué, M Loosvelt et S Worou, est disponible en anglais et en français. Il est soutenu par un film « Smart-valleys : aménagement des bas-fonds pour les systèmes à base riz en Afrique subsaharienne. »

Manuels:
Vidéos :

Tuesday, May 2, 2017

The 41st Board of Trustees of AfricaRice immortalizes Dr Robert J. Carsky

At the 41st meeting of the Africa Rice Center (AfricaRice) Board of Trustees held at the Center’s M’bé station, near Bouaké in Côte d’Ivoire, Mrs Rebecca Khelseau-Carsky unveiled a plate naming the AfricaRice Library Building at M’bé after the late Dr Robert Carsky, as was recommended by the 25th Board of Trustees meeting held in March 2005. 

An annual award to honor the contribution and dedication of the late Dr Carsky, AfricaRice scientist, who lost his life while on active duty during the early days of the Ivorian civil, was instituted by AfricaRice in 2009.

The annual award is conferred on the most outstanding Internationally Recruited Staff (IRS) and General Support Staff (GSS), who have demonstrated high standards of excellence and made extraordinary contributions to rice research, training and research support. Dr Jonne Rodenburg, AfricaRice agronomist at the IRS level and Mrs Maimouna Diatta, French-English translator at the GSS level, received the 2017 Dr Robert Carsky award.

The unveiling of the memorial plate and the award ceremony were some of the highlights associated with the 41st Board meeting, 10 - 13 April 2017, which was chaired by Prof Eric Tollens. 

As part of the routine proceedings of the meeting, the Board Chair reported on his activities since the 40th Board meeting held in September 2016, highlighting issues that were Center-related, and those associated with his representation of AfricaRice in CGIAR events.

The Chair briefed the Board on activities of the various entities of the CGIAR System Organization, including CGIAR Trust Fund, the General Assembly of Centers, the Independent Evaluation Arrangement, the Independent Science and Partnership Council, the CGIAR Internal Audit function, the Partnership Forum, the System Council, the System Management Board and the System Management Office. Detailed information was provided on the outcome of the General Assembly of Centers held in January 2017, including the progress being made by the System Management Board and the outputs from its seven ad hoc working groups. 

AfricaRice Director General, Dr Harold Roy-Macauley, also reported on his achievements during the period spanning between September 2016 and April 2017. His report highlighted achievements in the following four major domains: advocacy; resource mobilization; coordination and facilitation; and CGIAR System Organization. He demonstrated how his various advocacy activities resulted in the mobilization of additional US$ 9.8 million dollars for the Center within the preceding six months. 

Dr Roy-Macauley expressed optimism about the ongoing negotiations with development partners in which additional resources up to US$ 26.8 million were expected. He reported on progress being made on the establishment of the new genebank at the M’bé station, the recruitment of a new Leader for the Genetic Diversity and Improvement Program, and the successful launch of the CGIAR Research Program on Rice Agri-Food Systems (RICE), amongst others. He also highlighted how the Center’s new strategic alliances with partner institutions would enhance the leveraging of investments. 

On the issue of finance, Dr Roy-Macauley underlined that the Centre continues to face financial challenges due to the drastic reductions in the CGIAR Research Program funding, the high costs related to the Center’s relocation from Benin to Côte d’Ivoire and the slow payment of arrears of member state contributions, which could have greatly helped in alleviating the situation. He reported that although the Center had taken several mitigating steps to ensure prudent management of its resources, it experienced yet another deficit and was left with 76 reserve days at the close of its books for the 2016 financial year. 

Dr Roy-Macauley also informed the Board that the Center’s workforce currently stood at 265 staff, with an increased number of staff now based in Côte d’Ivoire as the Center transitions from Benin. The Board was also informed that the International Institute of Tropical Agriculture (IITA) had fully taken over the management of the Benin station, following the transfer of most of AfricaRice assets to its headquarters in Côte d’Ivoire. The Board was also briefed on the signing of a host-country agreement with Madagascar and a revised one with Senegal. 

On CGIAR System Organization issues, Dr Roy-Macauley informed the Board of his participation in finalizing some of the System’s governance documents and in the General Assembly of Centers in January 2017, which discussed issues relating to improving system- wide resource mobilization, financing and governance issues.

The 41st Board approved the 2016 financial results recording a deficit of US$ 2.24 million. It deferred its decision to approve the US$ 28.06 million 2017 working budget proposed by management – which it esteemed was not realistic due to assumptions which it considered as presenting a high risk of not being fulfilled – pending resubmission of (i) a more realistic budget taking into consideration cuts in unrestricted spending to the magnitude of US$ 1 million and (ii) the establishment of a three-year financial recovery plan. 

The Board also received and deliberated on the Center’s Programs report, which highlighted targets, milestones and strategy for achieving the goals of the RICE CGIAR Research Program, challenges related to the relocation to M’bé station and steps being taken by management to increase the volume of research activities at M’bé station with the increasing number of staff relocating from Benin to Côte d’Ivoire. 

During the closing ceremony attended by staff and Board members, the Board Chair presented highlights of the 41st Board meeting, emphasizing the prevailing financial challenges being faced by the Center and the need for the Center to continue to strive for excellence, stressing that similar financial difficulties were also being experienced by sister centers. The Chair encouraged the staff to remain resilient and competitive amongst their peers in the international research arena. 

On behalf of the Board, the Chair paid a glowing tribute to Dr Masaru Iwanaga and presented him with a Plaque in recognition of his valuable service to the Center as Board member and Chair of the Board’s Program Committee. Dr Iwanaga was rotating off the Board after serving two consecutive terms. 

Mr David Governey, an internationally experienced financial and operations professional and a Chartered Accountant, was welcomed as a full Board member at the 41st Board meeting.

Le 41e Conseil d’administration d'AfricaRice immortalise Dr Robert J. Carsky

Lors de la 41e réunion du Conseil d’administration (CA) d’AfricaRice, qui s’est tenue du 10 au 13 avril 2017 à la station du Centre à M’bé, Bouaké, en Côte d’Ivoire, Mme Rebecca Khelseau-Carsky a dévoilé la plaque baptisant « Dr Robert Carsky » le bâtiment de la bibliothèque d’AfricaRice à M’bé, conformément à la recommandation du 25e réunion du CA tenue en mars 2005.

En 2009, AfricaRice avait institué le Prix Carsky en honneur et à la mémoire de Dr Robert Carsky, un chercheur du Centre qui a perdu la vie au cours de la période initiale de la crise civile ivoirienne pendant qu’il était en service actif.

Le Prix annuel, est décerné aux agents recrutés au niveau international (IRS) et des services d’appui (GSS) les plus méritants, qui ont démontré de hautes qualités d’excellence, et fait des contributions exceptionnelles à la recherche rizicole, à la formation et à l’appui à la recherche. Dr Jonne Rodenburg, chercheur au niveau IRS et Mme Maimouna Diatta, traductrice anglais-français au niveau GSS à AfricaRice, ont reçu le prix Dr Robert Carsky pour 2017.

Le dévoilement de la plaque commémorative et la cérémonie de remise des prix ont été quelques-uns des points forts associés à la 41ème réunion du Conseil,  présidée par Prof. Eric Tollens.

Au cours de la réunion, le président du CA a présenté le rapport de ses activités depuis la 40eréunion du CA tenue en septembre 2016. Son rapport a mis en exergue les questions relatives au Centre et celles liées à sa représentation d’AfricaRice lors d’événements relatifs au CGIAR. 

Le président a briefé le CA sur les activités des différentes entités de l’Organisation du Système du CGIAR, dont le Fonds d’affectation spéciale du CGIAR, l’Assemblée générale des Centres (AG), le Dispositif d’évaluation indépendante, le Conseil indépendant de la science et du partenariat, la fonction d’audit interne du CGIAR, le Forum des partenariats, le Système du Conseil, le Conseil de gestion du Système (SMB) et le Bureau de gestion du Système. Des informations détaillées ont été fournies sur les conclusions de l’AG des Centres tenue en janvier 2017, y compris le progrès fait par le SMB, et les résultats des sept groupes de travail ad hoc du SMB.

Le Directeur général d’AfricaRice, Dr Harold Roy-Macauleya aussi présenté ses réalisations pendant la période qui va de septembre 2016 à avril 2017. Son rapport a mis en relief les réalisations dans les quatre principaux domaines suivants : plaidoyer, mobilisation de ressources, coordination et facilitation, et l’Organisation du Système du CGIAR. Il a démontré comment ses différentes activités de plaidoyer ont abouti à la mobilisation de 9,8 millions de dollars US supplémentaires pour le Centre au cours des six derniers mois.

Dr Roy-Macauley a exprimé son optimisme par rapport aux négociations en cours avec les partenaires au développement dans lesquelles davantage de ressources – à hauteur d’au moins 26,8 millions de dollars US – étaient attendues.

Dans le domaine de la Coordination et de la Facilitation, le Directeur général a présenté les progrès de la mise en place de la nouvelle Banque de gènes à la station de M’bé ; le recrutement d’un nouveau chef du programme de diversité génétique et amélioration (GDI) ; et le lancement réussi du Programme de recherche du CGIAR sur les systèmes agroalimentaires riz (RICE), entre autres. Il a aussi mis l’accent sur la manière dont les nouvelles alliances stratégiques avec les institutions partenaires permettraient d’améliorer l’optimisation des investissements.

Concernant la question des finances, le Directeur général a rappelé au CA que le Centre reste confronté à des difficultés financières dues aux réductions drastiques du financement des Programmes de recherche du CGIAR, aux coûts élevés du déménagement du Bénin en Côte d’Ivoire et à la lenteur du paiement des arriérés des cotisations des États membres, ce qui aurait pu contribuer à améliorer la situation. Il a rapporté que bien que le Centre a pris plusieurs mesures palliatives visant à assurer une gestion prudente de ses ressources, il a cependant enregistré un autre déficit, avec 76 jours de réserves à la clôture de l’exercice financier 2016.

Le Directeur général a aussi informé le CA que l’effectif des agents du Centre s’élève actuellement à 265 employés, avec un nombre élevé d’agents basés maintenant en Côte d’Ivoire dans le cadre du déménagement du Centre du Bénin. Le CA a été aussi informé que l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA) a entièrement pris le contrôle de la gestion de la station du Bénin, suite au transfert de la plupart des biens d’AfricaRice à son siège en Côte d’Ivoire. Le CA a été aussi informé des réalisations relatives à la signature d’un accord de siège révisé avec le Sénégal, et d’un accord de siège avec Madagascar.

Par rapport aux questions de l’Organisation du Système du CGIAR, le Directeur général a informé le CA des rôles qu’il a joués dans la finalisation de certains documents de la gouvernance du Système et dans la réunion de l’Assemblée générale des Centres tenue en janvier 2017, et qui a débattu des questions relatives à l’amélioration de la mobilisation des ressources à l’échelle du Système, et celles portant sur les finances et la gouvernance.

La 41Session du CA a approuvé les résultats financiers enregistrant un déficit de 2,24 millions de dollars US. Par contre, le CA a reporté sa décision d’approuver le budget de fonctionnement 2017 proposé par le management et qui s’élève à 28,06 millions $ US. Le CA a estimé que ce budget n’était pas réaliste, car le risque qu’il ne soit pas réalisé était élevé. Le budget de fonctionnement sera accepté sous réserve d’une nouvelle soumission : (i) d’un budget plus réaliste qui tient compte des coupes des dépenses non restreintes à hauteur de 1 million de dollars US et (ii) la mise en place d’un plan de recouvrement financier de trois ans.

Le CA a aussi délibéré sur le rapport des programmes du Centre, qui a mis en exergue notamment les objectifs, les repères et la stratégie visant à atteindre les objectifs du Programme de recherche RICE du CGIAR, les défis liés à la relocalisation à la station de M’bé et les mesures prises par le management pour augmenter le volume des travaux de recherche menés à la station de M’bé avec l’augmentation du nombre d’agents relocalisés du Bénin en Côte d’Ivoire.

Pendant la cérémonie de clôture de la 41e réunion du CA à laquelle le personnel et les membres du CA ont pris part, le président du CA a informé le personnel des conclusions du 41e CA, en insistant sur les difficultés financières actuelles auxquelles le Centre se trouve confronté et la nécessité pour le Centre de poursuivre ses efforts pour atteindre l’excellence, en soulignant le fait que d’autres Centres frères étaient également confrontés à des situations financières similaires. Il a encouragé le personnel à rester résilient et compétitif parmi leurs pairs de la communauté de recherche internationale.

Au nom du CA, le président du CA a rendu un vibrant hommage à Dr Masaru Iwanaga, et lui a présenté une Plaque de reconnaissance pour ses services rendus au Centre en tant que membre du CA et président du Comité des Programmes du CA. Dr Iwanaga quittait le CA après avoir servi deux mandats consécutifs.

M. David Governey, fort d’une grande expérience professionnelle au niveau international en finances et opérations et expert-comptable, a été accueilli en tant que membre à part entière du CA lors de la 41e réunion.

Thursday, April 27, 2017

FAO representative in Côte d’Ivoire advocates rapid scaling up of AfricaRice technologies

Mr Germain Dasylva, FAO representative in Côte d’Ivoire, visited AfricaRice main research station at M’bé, near Bouaké, Côte d’Ivoire on 20 April 2017 to get a more comprehensive understanding of AfricaRice's research-for-development activities and discuss areas for further collaboration. He was accompanied by Ms Antoinette Ziehi, FAO consultant.

The FAO delegation was warmly welcomed by Dr Olupomi Ajayi, designated by AfricaRice Deputy Director General Dr Eienne Duveiller to coordinate the arrangements for the visit.

Dr Ajayi gave an overview of AfricaRice activities and achievements, which was followed by presentations from AfricaRice experts on scalable rice technologies developed by AfricaRice, such as RiceAdvice decision support tool, ASI ricethresher, GEM parboiling technology and rice briquettes. A short presentation on the impact of AfricaRice technologies and innovations was also made.

The program included a visit to field demonstrations at the M’bé station and research facilities that are being rehabilitated as part of AfricaRice’s relocation process to Côte d’Ivoire. The visitors also had a tour of the state-of-the-art rice genebank that is being set up at M’bé.

Mr Dasylva greatly appreciated the scalable technologies, recognizing their importance for Africa. He advocated wider dissemination though promotional efforts at high-level meetings and agricultural exhibitions. FAO plays a key role in fostering partnerships for tackling issues of food insecurity, poverty reduction and sustainable agriculture.

Mr Dasylva was particularly interested to learn about the various types of technical support that AfricaRice provides to its member countries, particularly relating to varietal release and availability of seed. “This is because FAO would like to support small-scale lowland rice farmers to enable Côte d’Ivoire to exploit its huge potential of lowland,” explained Dr Ajayi.

FAO is an important development partner of AfricaRice. The two organizations have signed a MoU for scientific and technical cooperation in consolidating sustainable rice systems development in Africa during the 29th session of the FAO Regional Conference for Africa, in April 2016, Abidjan, Côte d’Ivoire.

Monday, April 17, 2017

2017 AfricaRice Dr Robert Carsky Award

Ms Maimouna Diatta, French Translator-Editor, and Dr Jonne Rodenburg, Agronomist, received the 2017 AfricaRice Dr Robert Carsky Award on 13 April at the 41st Meeting of the AfricaRice Board of Trustees, M’bé Research Station, Côte d’Ivoire.

Ms Diatta was honored for her dedicated service and commitment to excellence. Dr Rodenburg was selected for his outstanding contributions to work on weed management in rice in Africa, strong publication record, support to resource mobilization, partnerships and outreach.

The annual award, which was instituted by AfricaRice in honor of the late Dr Robert Carsky, is conferred on the most outstanding General Support Staff and the most outstanding Internationally Recruited Staff, who have demonstrated high standards of excellence and made extraordinary contributions to rice research, training and research support.


Mrs Rebecca Khelseau-Carsky was invited to hand over the 2017 AfricaRice Dr Robert Carsky Award to the winners. She also unveiled a plaque at the AfricaRice Library, dedicating the building to the memory of Dr Robert Carsky.

  • Mrs Rebecca Khelseau-Carsky speaking at the 2017 AfricaRice Dr Robert Carsky Award ceremony (click here to listen )
  • 2017 AfricaRice Dr Robert Carsky Award : Dr Samuel Bruce-Oliver  announcing the winner in the GSS category (click here to listen )
  • 2017 AfricaRice Dr Robert Carsky Award : Dr Etienne Duveiller announcing the winner in the IRS category ( click here to listen )
  • Scenes from the 41st Meeting of the AfricaRice Board of Trustees, M’bé Research Station, Côte d’Ivoire ( click here to view the photos )

Sunday, April 9, 2017

Green Innovation Center for Agriculture and Food Sector: A solution to large-scale youth employment issues

Green Innovation Centers for Agriculture and Food Sector (GICAFS) have been set up in several countries under a special initiative of the Federal German Ministry for Economic Cooperation and Development (BMZ) to promote innovation in the agricultural and food sectors in order to combat rural poverty and hunger.

The GICAFS-Benin, which is based at the AfricaRice station in Cotonou, has set up community teams in 21 communes in the country to strengthen innovation systems in agriculture and food sector. To closely monitor these teams, 133 young graduates from high schools and agricultural schools have been recruited.

A major objective of the GICAFS is to provide practical training to young graduates in agricultural innovations. For this, the graduates from central and southern Benin, who have been recruited for the GICAFS activities, were trained in Bohicon, from 13 to 22 February 2017, and those from northern Benin were trained in Parakou, from 6 to 10 March 2017.

It was an opportunity for the participants to become thoroughly familiar with the GICAFS objectives and activities. Presentations and hands-on courses were provided on information systems (wiki and database); the RUN business model for service provision; facilitation techniques in rural areas; farmer field school; and innovation guides relating to rice, soybean, maize, groundnut, poultry and oil palm.


These new graduates from agricultural schools and high schools are thus trained to work for eight months with 348 producer groups in the GICAFS project, in collaboration with 348 school dropouts included in these groups. Their responsibilities, relating to their respective areas of intervention, include:
  • Facilitating question and answer services for the benefit of producers in 173 arrondissements
  • Conducting practical training sessions on innovative technologies with the 348 groups
  • Conducting surveys
  • Sharing information with more than 50,000 producers
  • Collecting and exchanging data on prices and rainfall
  • Supporting the development of business plans
  • Creating a credit system at group level

It is important to highlight that the main objective of the GICAFS is to enable young people to strengthen their practical skills and develop their professional network in order to facilitate their integration into the labor market from the agricultural sector.

Centre des Innovations Vertes pour le secteur agro-alimentaire, une solution pour l’emploi des jeunes à grande échelle

Former de façon pratique des jeunes diplômés sur les innovations agricoles, c’est là ce que vise le Centre des Innovations Vertes pour le secteur Agro-alimentaire (CIVA) en organisant un atelier à Bohicon du 13 au 22 février 2017 et un autre à Parakou du 6 au 10 mars.

En effet, dans sa mission de renfoncer le système d'innovation du secteur agro-alimentaire, le CIVA a installé au Bénin des équipes communautaires dans 21 communes. Afin de pouvoir mieux suivre ces équipes 133 jeunes diplômés des lycées et écoles agricoles sont recrutés. C’est dans ce cadre que ceux du sud et du centre sont rassemblés et formés à Bohicon et ceux du nord à Parakou. 


C’était une occasion pour les participants d’avoir une parfaite connaissance du CIVA et de ses projets. Aussi, ils ont eu droit à des présentations et des cours pratiques sur les systèmes d’information (wiki et base de données), le modèle d’affaire RUN de prestation de services, les techniques d'animation en milieu rural, le champ école paysan, et le suivi des guides d’innovations des spéculations telles que le riz, le soja, le maïs, l’arachide, la volaille et le palmier à huile.

Nouvellement sortis des écoles et lycées agricoles, ces jeunes sont ainsi outillés grâce à cet atelier pour travailler pendant huit mois auprès de 348 groupements de producteurs dans le projet, et ceci en collaboration avec 348 jeunes déscolarisés inclus dans lesdits groupements. Leur mission consistera dans leurs zones d’intervention respectives à :
  • Animer les services question - réponse au profit des producteurs des 173 arrondissements
  • Réaliser des formations pratiques sur des technologies innovantes avec les 348 groupements
  • Faire des enquêtes d’exploitation
  • Partager des informations avec plus de 50 000 producteurs
  • Collecter et échanger des données relatives aux prix et à la pluviométrie
  • Apporter leur appui au développement des plans d’affaire
  • Fournir des services de synthèse de la campagne d’innovation
  • Créer un système de crédit au niveau des groupements
     
Pour conclure il est important de souligner que l’objectif majeur que vise le CIVA est de permettre aux jeunes de renforcer leurs compétences pratiques et de développer leur réseau professionnel en vue de faciliter leur insertion sur le marché de travail à partir du secteur agricole. 

Monday, March 27, 2017

Japan-funded ‘RiceAdvice’ project benefits over 16,000 African farmers


Thanks to a 1-year project supported by the Government of Japan, 200 trained service providers have helped more than 16,000 rice farmers in Mali and Nigeria benefit from ‘RiceAdvice’, a customized crop management decision support tool, leading to increased productivity, efficiency and profits.

Developed by the Africa Rice Center (AfricaRice), the RiceAdvice app, which can be freely downloaded through Google Play on Android smartphone or tablet device, generates tailor-made recommendations that help farmers in irrigated and relatively favorable rainfed lowland areas in Africa apply mineral fertilizer more efficiently in order to optimize production and profits and reduce waste.

Farmers’ efficient use of mineral fertilizer coupled with good agricultural practices is one of the keys to enhancing rice production in sub-Saharan Africa, where the average yield is around 2.1 t/ha. AfricaRice studies have shown that the adoption of RiceAdvice recommendations can increase rice yield by 0.6 to 1.8 t/ha in farmers’ fields.

According to Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ)-Competitive African Rice Initiative (CARI), which is one of the important project partners in Nigeria, a specific innovative element of RiceAdvice is that it is not only based on the agronomic conditions, but also on the financial capacity of the farmer.

CARI is helping deploy the RiceAdvice technology to over 9000 farmers in Nigeria through 97 trained service providers. “Farmers are happy with the significant improvement in yield and income that RiceAdvice has brought to them and are eager to continue with the service.”

Syngenta Foundation for Sustainable Agriculture, another key project partner, recounted a similar success story from Kouroumari area in Office du Niger, Mali, where 99% of the 600 farmers, who benefited from RiceAdvice, wish to reuse the service in 2017 and 44% of them are ready to pay between 250 F CFA (about 50 cents) and 10,000 F CFA (about US$16) for RiceAdvice recommendations.

These were some of the highlights that were presented at the project closing meeting held at AfricaRice-Cotonou research station on 22 February 2017. The meeting was organized to review progress and achievements, share experiences, and develop a follow-up plan after the project ends in March 2017.

About 20 participants representing the Japanese Embassy in Benin, GIZ-CARI, Institut d’economie rurale (IER), Syngenta Foundation, National Cereals Research Institute (NCRI), Ahmadu Bello University and AfricaRice attended the meeting.

“We are pleased that nearly all the project targets have been achieved or even surpassed in some cases,” said Dr Kazuki Saito, AfricaRice agronomist and project coordinator. The project’s aim was to boost rice productivity, maximize rice farmers’ investment potential and catalyze youth employment, contributing to food security and social stability in the two countries.

Thanking the Government of Japan and the various partners for their strong support, Dr Saito reported on the progress made in the use of media tools for promoting RiceAdvice, which includes the production of a promotional video, the creation of a Facebook Page and the development of a dedicated website.

The participants discussed opportunities and constraints for outscaling and upscaling RiceAdvice in a sustainable manner. The issues covered related to the need for appropriate business models, coordination mechanisms and identification of new partners.

AfricaRice and its partners are analyzing the data from the project and are making follow-up field visits to assess the initial impact and identify mechanisms for the effective rollout of RiceAdvice in sub-Saharan Africa after the closure of the project.

Related links :

Le projet « RiceAdvice » financé par le Japon profite à plus 16 000 riziculteurs africains


Deux cent (200) prestataires de services formés ont aidé plus de 16 000 producteurs de riz au Mali et au Nigeria à bénéficier de « RiceAdvice » grâce à un projet d’un an appuyé par le gouvernement du Japon. Il s’agit là d’un outil d’aide à la décision pour la gestion des cultures, entraînant une productivité accrue, une meilleure efficacité et des profits élevés.
 
L’application RiceAdvice, qui peut être téléchargée gratuitement sur un smartphone ou une tablette à partir de Google Play, a été mise au point par le Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice). Elle génère des recommandations sur mesure qui aident les riziculteurs dans les zones irriguées et de bas-fonds pluviaux relativement favorables en Afrique à appliquer les engrais minéraux plus efficacement afin d’optimiser la production et les profits, et de réduire les pertes.
 
L’utilisation efficace des engrais minéraux par les producteurs, couplée à de bonnes pratiques agricoles, est l’une des clés pour améliorer la production rizicole en Afrique subsaharienne, où le rendement moyen est d’environ 2,1 t/ha. Les études d’AfricaRice ont montré que l’adoption des recommandations de RiceAdvice peut augmenter le rendement du riz de 0,6 à 1,8 t/ha dans les champs des paysans.
 
Selon Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ)- Initiative pour un riz africain compétitif (CARI), qui est l’un des partenaires clés du projet au Nigeria, un élément spécifique innovateur de RiceAdvice est que cet outil n’est pas uniquement basé sur les conditions agronomiques, mais aussi sur la capacité financière du producteur.
 
CARI aide à déployer la technologie RiceAdvice auprès de plus de 9 000 producteurs au Nigeria à travers 97 prestataires de service formés. « Les producteurs sont satisfaits de l’amélioration significative du rendement et du revenu que RiceAdvice leur a apportée, et désirent vivement continuer avec ce service. »
 
La Fondation Syngenta pour une agriculture durable, un autre partenaire clé du projet, a raconté une expérience similaire réussie dans la zone de Kouroumari dans l’Office du Niger au Mali, où 99 % des 600 producteurs, qui ont bénéficié de RiceAdvice, souhaitent réutiliser ce service en 2017 et 44 % d’entre eux sont prêts à payer entre 250 F CFA (environ 50 centimes) et 10 000 F CFA (environ 16 US$) pour les recommandations de RiceAdvice.
 
C’était là certains des points saillants présentés à la réunion de clôture du projet tenue le 22 février 2017 à la station de recherche d’AfricaRice-Cotonou. La réunion a été organisée pour examiner les progrès et les réalisations, partager les expériences, et élaborer un plan de suivi après la fin du projet en mars 2017.
 
Environ 20 participants représentant l’Ambassade du Japon au Bénin, GIZ-CARI, l’Institut d’économie rurale (IER), la Fondation Syngenta, l’Institut national de recherche sur les céréales (NCRI), l’Université Ahmadu Bello et AfricaRice ont pris part à la réunion.
 
« Nous sommes heureux que presque tous les objectifs du projet ont été atteints ou même dépassés dans certains cas, » a déclaré Dr Kazuki Saito, agronome à AfricaRice et coordonnateur du projet. Le projet visait à accroître la productivité rizicole, à maximiser le potentiel des investissements des producteurs et à catalyser l’emploi des jeunes, en contribuant à la sécurité alimentaire et à la stabilité sociale dans les deux pays.
 
Remerciant le gouvernement du Japon et les différents partenaires pour leur soutien fort, Dr Saito a présenté les progrès faits dans l’utilisation des médias pour promouvoir RiceAdvice, ce qui inclut la production d’une vidéo promotionnelle, la création d’une page Facebook et la création d’un site Internet dédié.
 
Les participants ont discuté des opportunités et des contraintes pour la diffusion à grande échelle de RiceAdvice de manière durable. Les questions abordées ont porté sur la nécessité de modèles d’affaires appropriés, de mécanismes de coordination et l’identification de nouveaux partenaires.
 
AfricaRice et ses partenaires analysent les données du projet et font des visites de suivi sur le terrain pour évaluer l’impact initial et identifier les mécanismes en vue du lancement effectif de RiceAdvice en Afrique subsaharienne après la clôture du projet.
 
Liens utiles :