Tuesday, April 22, 2008


Humanity is today facing an acute rice crisis that, no doubt, is a serious threat to social peace keeping. This is not a surprise to me at all, because when I consider the knowledge capital accumulated by man, it is hard and even impossible not to foresee such phenomena. Africa Rice Center (WARDA) has for at least 02 years predicted a rice crisis in Africa as of 2008. The last whistle blowing dates back from the Council of Ministers of Member States held in Abuja in September 2007. During that important meeting, WARDA Director General had made a presentation entitled “Rice crisis in Africa, myth or reality”? It clearly emphasized that our continent was heading to real supply difficulties. In fact Africa accounts for 10 to 13 per cent of world population but consumes 32 per cent of world imports with a consumption growth rate of about 4.5 per cent per annum. Coupled with this are world stocks, which are at their lowest level since 25 years, with at least 2 months reserve including the half that is based in China. It must also be emphasized that econometric models had also estimated that 2008 prices would at least be double of 2002 prices. Finally supply is steadily shrinking. For example, a leading producer like China lost 4 million hectares over 10 years and could look for 10 per cent of its requirements on the international markets, that is, 35 per cent of the quantities that are traded. This is in fact the equivalent of current Africa share.

Many initiatives have been taken by most African Governments. But we are bound to note and emphasize that just like in other parts of the world, nothing could stop the phenomenon.

The rice crisis is structural; it is likely to be long and hard, because Asia is less and less capable of feeding the world. An analysis of the 10 last years shows that world consumption is increasing on average by 1 per cent per annum and productivity by 0.5 per cent. The crisis therefore might be the cumulated effect of the gaps recorded each year.

I am convinced that Africa holds the future for rice farming. Because this continent, unlike Asia, has a great untapped potential, which is benchmarked by its large land distribution and its barely used water resources (Zambia, DRC, Sierra Leone, Mali, Senegal, etc.). For illustration, in sub-Saharan Africa, there are 130 million hectares of lowlands including the 3.9 million only under cultivation. Meanwhile in Asia, the challenge is not about increasing rice areas but rather about maintaining them. The competitiveness of local rice production in sub-Saharan Africa is now a fact. This can be demonstrated by comparing yields achieved in Thailand and Vietnam with yields recorded in Senegal, Mali and Niger. Stereotypes regarding our cost and quality competitiveness are rather wishful thinking and beside the points.

Africa needs to turn things around by overriding the emergency management logic to favor a genuine rationalization of its thought on the future and by taking concrete recovery steps. Viewed in this way, this crisis is rather an opportunity to think out of the box and act differently to feed ourselves on an indigenous and sustainable basis. Only one issue is therefore at stake: what are the problems and what should be done?

On the short term, the measures taken by a number of African Governments regarding tax reduction and a number of mechanisms targeting fairness on the markets are consistent. They must however be more pro-poor focused. They must also initiate thinking immediately on medium and long term actions, because the equations will come up more strongly in terms of resource availability than resource accessibility.

Along these lines the following points can be made:

1. Significantly increase the share of high yielding irrigated rice farming in production. Today irrigated areas in Africa accounts for less than 10 per cent compared to more than 50 per cent in Asia. Irrigated rice farming helps to both achieve very high yields (3 to 4 times higher than rainfed) and to conduct double cropping.

2. Promote the use of varieties like NERICA (a variety developed by WARDA through a crossing between the African rice and the Asian rice). NERICA helps to markedly increase yields in a number of ecosystems, to achieve a shorter cycle (less than 50 days compared to traditional varieties) and a protein value which is higher by 25 per cent compared to imported rice. Today there are 18 NERICA varieties developed for upland and 60 for lowland, which have been released in 20 African countries. Streamlining and fast tracking the procedures for releasing these varieties through the use of the participatory methods proposed by WARDA should be approved by all African countries to reduce the adoption process by several numbers of years.

3. Increase access to improved seed: Seed availability is one of the major constraints of a successful use of improved varieties like NERICA. To overcome such a problem the following measures, among others, are necessary: (i) Enact standard laws for seeds and define efficient seed control and certification mechanisms, and ensure their implementation. (ii) Establish a seed legislation system to support private sector involvement in seed supply and trade. (iii) Support national agricultural research systems (NARS) in breeder’s seed and foundation seed production.

4. Improve cropping practices: WARDA and its partners have highlighted the possibility of increasing yields in farmer operational condition through an integrated management of the rice season by proposing alternatives ranging from land preparation to harvest. Yield gains from one to two tonnes per hectare have been made in irrigated systems and lowlands, without any significant increase in production costs; the improvements specifically focus on fertility management and weed control.

5. Reduce harvest and post-harvest losses: Harvest and post-harvest losses (in quantity and quality) accounts for 15 to 50 per cent of the market value of production. Making performing equipment available to operators and training them is therefore the only way to reduce losses and to improve quality together with links with the various operators in the rice value chain.

6. Support research and extension systems and their links: Establishing a rice operator platform, a national rice program support fund and adequately funding rice research and extensions systems appear to me as the major thrusts to be considered.

7. Mass Support to rice sector operators: There is a deregulation in international trade. Until a recent year, the 11 000 North American rice farmers received subsidies valued at US$ 1.4 billion per year. Meanwhile the 7 million African rice farmers keep on battling it out with a liberalized market without any subsidy and with limited access to credit, input and market information.

It is in fact obvious that rural African operators like all their counterparts around the world need a substantial support.

8. Improve our infrastructure to reduce the high cost of inputs: Prices of fertilizer in Africa are generally 2 to 6 times higher than prices in Asia, Europe and North America which are specifically tied to high transportation charges. We therefore have objective limitations for a smart intensification to boost African rice productivity.


Africa must understand that it must ensure a rice supply that is sufficient in quantity, satisfactory in quality, rewarding for producers and bearable by the budget of the poorest consumers. It is at this cost and this cost alone that it can escape “hostage taking” by world prices. There is no secret; a competitive and sustainable agriculture is achieved by a combination of 03 smart factors: Performing technologies, basic infrastructure and an enabling environment. Yes it is possible to turn the trends around but on the medium term.

Dr. Papa A. Seck
Agricultural Policy and Strategies Specialist
Director General
Africa Rice Center (WARDA)

Monday, April 21, 2008


L’humanité est présentement face à une crise rizicole très aigue qui, à n’en point douter, constitue une menace sérieuse pour maintenir la paix sociale. A notre sens, Il ne s’agit nullement d’une surprise car vu le capital de connaissances accumulées par l’homme, il est difficile voir impossible de ne pas prévoir de tels phénomènes. Le Centre du riz pour l’Afrique (ADRAO) a, depuis au moins 02 ans, prédit une crise rizicole en Afrique à partir de 2008. La dernière alerte date du Conseil des Ministres des Etats membres tenu à Abuja en septembre 2007. Au cours de cette importante rencontre, le Directeur général de l’ADRAO avait fait une présentation intitulée «Crise rizicole en Afrique, mythe ou réalité ?». Il en était clairement ressorti que notre continent va vers de réelles difficultés d’approvisionnement. En effet, l’Afrique couvre 10 à 13 % de la population mondiale mais absorbe 32% des importations mondiales, et connaît un taux de croissance de sa consommation d’environ 4,5% par an. S’y ajoute le fait que les stocks mondiaux sont au plus bas niveau depuis 25 ans, avec moins de 2 mois de réserve dont la moitié se trouve en Chine. Il convient aussi de souligner que des modèles économétriques avaient également estimé que les prix de 2008 seraient au moins le double de ceux de 2002. Enfin, l’offre connaît un rétrécissement graduel. A titre d’exemple, un grand pays producteur comme la Chine a perdu 4 millions d’hectares en 10 ans et pourrait chercher 10 % de ses besoins sur les marchés internationaux, soit 35 % des quantités qui y sont commercialisées. C’est en fait l’équivalent de la part de l’Afrique actuellement.

Beaucoup d’initiatives ont été prises par la plupart des gouvernements africains. Mais force est de constater et de souligner, qu’à l’instar des autres parties du monde, rien n’a pu arrêter le phénomène.

La crise rizicole est structurelle, elle risque d’être longue et pénible car l’Asie est de moins en moins en mesure de nourrir le monde. Une analyse des 10 dernières années montre que la consommation mondiale augmente en moyenne de 1% par an et la productivité de 0,5 %. Par conséquent, cette crise serait l’effet cumulé de gaps enregistrés chaque année.

Nous avons une conviction : l’avenir de la riziculture se trouve en Afrique. Car ce continent, contrairement à l’Asie, a un potentiel immense non exploité repérable à travers ses vastes étendues de terres et ses ressources hydriques faiblement utilisées (Zambie, RDC, Sierra Leone, Mali, Sénégal, etc.). A titre illustratif, nous avons en Afrique au Sud du Sahara, 130 millions d’hectares de bas fonds dont 3,9 millions seulement sont en culture. Par contre en Asie, le pari n’est pas d’augmenter les superficies rizicoles mais plutôt de les maintenir. En outre, la compétitivité de la production du riz local en Afrique au Sud du Sahara est établie. Il suffit pour s’en convaincre de comparer les rendements obtenus en Thaïlande et au Vietnam, et ceux du Sénégal, du Mali et du Niger. Les préjugés concernant notre compétitivité-coût et notre compétitivité-qualité sont au « musée des idées périmées». Les problèmes sont ailleurs.

Il faut une rupture : l’Afrique doit dépasser la logique de gestion des urgences au profit d’une véritable rationalisation de sa réflexion sur le devenir et engager des actions concrètes de relance. Sous ce rapport, cette crise est plutôt une opportunité pour réfléchir autrement et agir autrement en vue de nous nourrir sur une base endogène et durablement. Par conséquent, une seule question se pose : quels sont les problèmes et que faire ?

A court terme, les mesures prises par certains gouvernements africains relatives à l’allègement de la fiscalité et à certains mécanismes visant la transparence des marchés sont fondées. Cependant, celles-ci doivent être plus ciblées en faveur des pauvres. En outre, ils doivent engager sans délai, une réflexion et mettre en place des actions à moyen et long terme. Car de plus en plus, les équations vont se poser en termes de disponibilité de la ressource que son accessibilité.

Sous ce registre, les éléments suivants peuvent être avancés :

1. Augmenter significativement la part de la riziculture irriguée à haut rendement dans la production. Actuellement les superficies irriguées en Afrique représentent moins de 10% contre plus de 50% en Asie. La riziculture irriguée permet à la fois d’obtenir des rendements très élevés (de 3 a 4 fois plus élevés par rapport au pluvial) et de faire la double culture.

2. Promouvoir l’utilisation des variétés telles que les NERICA (variété obtenue par l’ADRAO grâce à un croisement entre le riz africain et le riz asiatique). Le NERICA permet une augmentation sensible des rendements dans certains écosystèmes, un cycle plus court (moins de 50 jours comparé aux variétés traditionnelles) et une valeur en protéine plus élevée de 25% par rapport au riz importé. Il y a aujourd’hui 18 variétés de NERICA développées pour les plateaux et 60 pour les bas fonds qui sont homologuées dans 20 pays africains. La simplification et l’accélération des procédures d’homologation de ces variétés par l’ adoption des méthodes participatives préconisées par l’ADRAO, mérite d’être retenue dans tous les pays d’Afrique pour réduire de plusieurs années le processus d’adoption.

3. Améliorer l’accès aux semences améliorées : La disponibilité des semences est l’une des contraintes majeures à l’utilisation réussie des variétés améliorées telles que les NERICA. Face à un tel problème, il faut, entre autres, les mesures suivantes : (i) adopter des lois standard sur les semences et définir des mécanismes efficaces de contrôle et de certification de semences, et assurer leur application. (ii) Mettre en place un système de législation semencière pour encourager l’implication du secteur privé dans l’approvisionnement et le commerce des semences. (iii) Renforcer les Systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA) pour la production des semences de pré-base et de semences de base.

4. Améliorer les pratiques culturales : L’ADRAO et ses partenaires ont mis en évidence la possibilité d’augmenter les rendements en milieu paysan à travers une gestion intégrée de la campagne rizicole en proposant des alternatives allant de la préparation du terrain jusqu’à la récolte. Des gains de rendement d’une à deux tonnes par hectare ont été obtenus en système irrigué et en bas-fonds, sans augmentation significative des coûts de production ; les améliorations se trouvent surtout au niveau de la gestion de la fertilité et la lutte contre les mauvaises herbes.

5. Diminuer les Pertes à la récolte et post-récolte : les pertes au niveau de la récolte et post-récolte (en quantité et en qualité) représentent 15 à 50% de la valeur marchande de la production. Par conséquent, la mise à la disposition des acteurs d’équipement performant et leur formation est le point de passage obligé pour réduire les pertes et améliorer la qualité ainsi que l’établissement des liens entre les différents acteurs intervenant dans la chaîne de valeur rizicole.

6. Fortifier les systèmes de recherche et de vulgarisation et leurs liens: la mise en place d’une plate-forme des acteurs rizicoles, d’un fonds d’appui au programme national rizicole et de financements adéquats aux systèmes de recherche et de vulgarisation rizicoles, nous semblent des axes majeurs à considérer.

7. Massifier le soutien aux acteurs de la filière rizicole: il y a un dérèglement du commerce international. Jusqu’à une année récente, les 11 000 riziculteurs américains recevaient des subventions d’une valeur de 1,4 milliards de dollars par an. Par contre, les 7 millions de riziculteurs africains continuent de se battre dans un marché libéralisé sans aucune subvention et avec un accès limité au crédit, aux intrants et à l’information sur le marché.

En fait, il y a une évidence : les acteurs ruraux africains, comme tous les autres collègues du monde, ont besoin de soutien conséquent.

8. Améliorer notre infrastructure pour diminuer le coût élevé des intrants : d’une manière générale, les prix des engrais en Afrique sont 2 à 6 fois plus élevés que ceux d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord surtout liés aux coûts élevés des transports. Nous avons par conséquent, des limites objectives pour une intensification intelligente en vue de doper la productivité rizicole africaine.


L’Afrique doit comprendre qu’il lui faut assurer une offre rizicole suffisante en quantité, satisfaisante en qualité, rémunératrice pour les producteurs et supportable par le budget des consommateurs les plus pauvres. C’est à ce prix et à ce prix seulement qu’elle peut éviter d’être un “otage “ des cours mondiaux. Il n’y a pas de secret, on construit une agriculture compétitive et durable grâce à une combinaison intelligente de 03 facteurs : Technologies performantes, infrastructure de base et environnement assaini. Oui c’est possible d’inverser les tendances mais à moyen terme.

Dr. Papa A. Seck
Spécialiste en politique et stratégies agricoles
Directeur Général du Centre du riz pour l’Afrique (ADRAO)